Vice-versa

Du classique au jazz et... vice-versa

Une rencontre entre de deux pianistes provenant de mondes sonores aussi différents que la musique classique et le jazz peut souligner autant les différences que les points de contacts.
Nous avons trouvés naturel, tout d'abord comme des amis que nous sommes, de chercher un moyen de nous inspirer réciproquement, grâce au génie des auteurs plus ou moins éloignés dans le temps, mais certainement qui sont pour nous des passions partagées en commun.
Ainsi des Préludes de Chopin, des chansons populaires napolitaines, des standards de jazz, des chansons du ballet Cendrillon de Prokofiev sont devenus les matériaux avec lesquels la verve sous-jacente du jazz a influencé Orazio tandis que la rigueur du classique l’a fait avec Fausto. Dans un continuel métissage des catégories temporelles, Chopin est déjà un grand musicien de jazz, et les standards de jazz peuvent appartenir au répertoire du siècle précèdent.
Mettre en perspective en l’interprétant, sachant que tout simplement la musicalité vivra quelque soit son genre dans l’avenir.